Accès
Horaires

La pollution lumineuse : un phénomène mondial

Il n’est pas rare, lorsque l’on se promène le soir ou la nuit, de constater la présence de lumière artificielle : éclairages publics, de magasins, d’habitations etc… à des moments qui ne correspondent pas à des moments de lumière nocturne naturelle. Cette lumière peut avoir des conséquences néfastes sur l’environnement : on parle alors de « pollution lumineuse ». Comment se manifeste t-elle ? Quels sont ses effets écologiques ? On vous explique ce phénomène ! Puis, rendez-vous pour la suite : les effets de la pollution lumineuse sur les oiseaux et les zones humides.

 

Pollution lumineuse directe ou indirecte ?

  • La pollution lumineuse directe est ponctuelle, elle provient de l’émission de lumière qui rencontre directement la surface terrestre ou aquatique. Dans les zones urbaines, elle peut atteindre des niveaux de luminosité jusqu’à 1000 fois supérieurs à ceux d’une nuit de pleine lune !
  • La pollution lumineuse indirecte est diffuse, elle provient de la lumière qui est déviée par la réflexion sur les surfaces ou la diffusion dans l’atmosphère : elle prend la forme d’un halo lumineux (ou « skyglow »). Cette émission de lumière par le ciel nocturne est visible sur de grandes distances et peut entraîner des niveaux de luminosité des centaines de fois supérieurs à la luminosité naturelle et des niveaux d’éclairement supérieurs à ceux de la pleine lune ! L’éclat du ciel change également avec les conditions atmosphériques et météorologiques : par exemple, la couverture nuageuse amplifie ce phénomène de halo lumineux.

 

Quantité d’énergie solaire (irradiance) émise par différentes sources de lumière nocturne (source : Johnsen et al. – 2016)

 

La pollution lumineuse : un phénomène mondial en progression

On estime que 80 % de la population mondiale et plus de 99 % de la population des États-Unis et de l’Europe vivent sous un ciel pollué par la lumière ; et que la Voie lactée n’est pas visible pour plus d’un tiers de l’humanité ! La pollution lumineuse mondiale est un phénomène en augmentation, en particulier dans les pays en développement.

Et en France ? Selon l’Observatoire national de la biodiversité, la pollution lumineuse touche jusqu’à 85% du territoire métropolitain : il s’agit essentiellement de l’éclairage publique, des habitations et de la signalisation.

 

La pollution lumineuse en France (source : observatoire national de la biodiversité)

 

Les effets de la pollution lumineuse

La pollution lumineuse ne se limite pas à la privation de l’observation des étoiles la nuit – ce qui est déjà bien dommage ! Elle constitue également une source de perturbation pour les espèces animales – dont l’homme fait partie – et végétales, qui ont besoin d’une alternance entre le jour et la nuit ; et un gaspillage énergétique considérable.

La lumière artificielle nocturne modifie une multitude de fonctions biologiques chez les organismes, qu’elles soient physiologiques (le fonctionnement de notre « horloge interne » ou les capacités de notre système immunitaire, par exemple) ou comportementales (les interactions entre espèces, les déplacements…).

Quels sont ses effets écologiques de la pollution lumineuse, en particulier sur les oiseaux et les zones humides ?

Rendez-vous pour la suite :
« Pollution lumineuse, oiseaux et zones humides »

 


  • Références :

    ecologie.gouv.fr
    Falchi, F., Cinzano, P., et al. (2016) The new world atlas of artificial night sky brightness. Science Advances, 2: e1600377.
    Falcón J., Torriglia A. et al. (2020) Exposure to Artificial Light at Night and the Consequences for Flora, Fauna, and Ecosystems. Frontiers in Neuroscience, 14: 602796.
    Gaston, K. J., Visser, M. E., Holker, F. (2015) The biological impacts of artificial light at night: the research challenge. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 370 (1667): 20140133-20140133.
    Hänel, A., Posch, T., et al. (2018) Measuring night sky brightness: Methods and challenges. Journal of Quantitative Spectroscopy and Radiative Transfer, 205: 278–290.
    Johnsen, S., Kelber, A., et al. (2006) Crepuscular and nocturnal illumination and its effects on color perception by the nocturnal hawkmoth Deilephila elpenor. The Journal of Experimental Biology, 209 (5): 789–800.
    Kempenaers, B., Borgström, P. et al. (2010) Artificial Night Lighting Affects Dawn Song, Extra-Pair Siring Success, and Lay Date in Songbirds. Current Biology, 20 (19): 1735-1739.
    Kuechly, H. U., Kyba, C. C. M., et al. (2012) Aerial survey of light pollution in Berlin,Germany, and spatial analysis of sources. Remote Sensing of Environment, 126: 39–50.
    Kyba, C. C. M., Tong, K. P., et al. (2015) Worldwide variations in artificial skyglow. Scientific Reports, 5: 8409.
    Kyba, C. C. M., Kuester, T., et al. (2017) Artificially lit surface of earth at night increasing in radiance and extent. Science Advances, 3: e1701528.
    Pust, P., Schmidt, P. J., Schnick, W. (2015) A revolution in lighting. Nature Materials, 14 (5): 454–458.
    Száz, D., Horváth, G. et al. (2015) Lamp-lit bridges as dual light-traps for the night-swarming mayfly, Ephoron virgo: interaction of polarized and unpolarized light pollution. PLoS ONE, 10: e0121194.
    Touzot, M., Teulier, L., et al. (2019) Artificial light at night disturbs the activity and energy allocation of the common toad during the breeding period. Conservation Physiology, 7 (1): coz002.
    Van Grunsven, R. H. A., Creemers, R. et al. (2017). Behaviour of migrating toads under artificial lights differs from other phases of their life cycle. Amphibia Reptilia, 38: 49–55.
    Zapata, M.J., Sullivan, S.M.P., Gray, S.M. (2019) Artificial Lighting at Night in Estuaries—Implications from Individuals to Ecosystems. Estuaries and Coasts, 42: 309–330.

 

Aller au contenu principal